Chirurgie de l'homme - Gynécomastie

La gynécomastie est une hypertrophie de la glande mammaire survenant chez l’homme.

Très fréquente chez l’adolescent en période pubertaire, la gynécomastie est en générale régressive. C’est pour cela qu’une intervention chirurgicale (cure de gynécomastie) ne peut être envisagée qu’après la puberté et qu’après avoir effectué un bilan endocrinien complet et une imagerie mammaire.

Dans la majorité des cas, aucune cause n’est retrouvée.

L’intervention se fait sous anesthésie générale. Plusieurs techniques en fonction du type de gynécomastie sont possibles :

  • Lipoaspiration exclusive en cas de gynécomastie souple (adipomastie),
  • Lipoaspiration associée à une exérèse de la glande par une incision hémiaréolaire inférieure lorsque la glande est ferme et dense,
  • Exérèse de la glande en excès associé à une résection cutanée lorsque l’excès de peau est important.


Une prise en charge de la gynécomastie est possible à condition de remplir les conditions définies par la sécurité sociale : "intervention réalisée après bilan endocrinien, après la puberté, pour gynécomastie accusée, pouvant poser un problème d'ordre sexuel ou psychologique (en particulier gynécomastie asymétrique, douloureuse, avec distension aréolaire)”.

Avant l’intervention

Deux consultations à 15 jours d’intervalle sont nécessaires, permettant aux patients de poser toutes les questions et de réfléchir sereinement à l’intervention.

Dans cet intervalle sera réalisé le bilan prescrit (bilan biologique endocrinien et mammographie/échographie mammaire).

Des photographies seront réalisées en consultation. Un vêtement de contention type “bolero” sera prescrit et apporté le jour de l’intervention.

Un bilan préopératoire et une consultation anesthésique seront réalisés au minimum 48 heures avant l’intervention.

Le tabac entraînant des retards de cicatrisation devra être arrêté 1 mois avant et 1 mois après l’intervention. Les anti-inflammatoires et l’aspirine ne devront pas être pris dans les 15 jours précédant l’opération.


Après l’intervention

Un drainage aspiratif (redons) ainsi qu'un pansement compressif sont mis à la fin de l'intervention. En cas de lipoaspiration, aucun drainage n'est posé. La sortie a lieu le jour de l’intervention ou le lendemain. Les douleurs post opératoires sont en général bien tolérées et calmées par les antalgiques habituels.

Le boléro est mis en place à la fin de l’opération et devra être porté jour et nuit pendant 1 mois ce qui limite œdèmes et ecchymoses, et favorise une bonne rétraction des tissus cutanés.

L'arrêt de travail prescrit est habituellement de 5 à 10 jours. L’activité sportive pourra être reprise entre 2 et 3 semaines après la lipoaspiration.

Résultats

Le résultat est immédiat avec une disparition des seins visible dès le premier pansement le lendemain de l'intervention. Le résultat définitif de la chirurgie de la gynécomastie ne s'observe pas avant 6 mois à 1 an, notamment du fait du caractère progressif de la rétraction cutanée.

En revanche, dès 3 mois, le résultat final est obtenu sur le volume graisseux. Les cicatrices autour de l'aréole ne sont pas visibles le plus souvent.

Plus rarement, les longues cicatrices thoraciques en cas d'excès cutané majeur sont visibles, mais peuvent être dissimulées par la pilosité du thorax. Il faut attendre au moins 12 mois pour juger de l'aspect définitif des cicatrices.




Information annexe (fiche SOFCPRE)